Historique

L'historique du club

C'est en Novembre 1968 que l'Amicale Laïque Mêloise - club omnisports - créé en 1962 - lança une Ecole de Tennis. En 1966, il n'existait aucun court de tennis valable dans la commune et les amoureux de la "petite balle jaune" (.....qui était d'ailleurs blanche à l'époque !! ) devaient se rendre à Alençon pour s'adonner à leur sport favori.Tout allait changer grâce à la construction d'un collège et de son gymnase. Quand débuta la construction du Collège,  Jean MARTIN Directeur de l'Etablissement, et son collègue Claude FOLLET constatèrent que sur les plans du gymnase rien n'était prévu pour la pratique du tennis ! Ils demandèrent alors au Président du SIVOM l'autorisation de faire exécuter à leurs frais  les aménagements nécessaires (fourreaux, poteaux, filet et traçage des lignes). Le Président LOUIS GRENIER leur répondit : "Pas question pour vous de financer cette modification ...... c'est le SIVOM qui va s'en charger. Par contre, je vous demande de créer une Ecole de Tennis pour les jeunes de la région  Mêloise !! ......". Comment refuser ? Nous avions en face de nous un élu ouvert, un homme de dialogue et un visionnaire. Nous avons bien sûr accepté et l'Ecole de tennis démarra en Novembre 1968 juste après l'inauguration. Malheureusement, Louis GRENIER ne put y assister car il décéda en 1967. Les jeunes de la région lui doivent beaucoup.

Mon Image

Louis GRENIER Premier président du SIVOM du MELE -SUR -SARTHE

Création de l'Ecole de Tennis en Novembre 1968

Professeur : Gaston ALEXANDRE

Mon Image   Mon Image

Mon Image    Mon Image

Mon Image

 

M.STAVAUX C.T.R. de la Ligue de Normandie vient inspecter Evelyne FOLLET

Monitrice de Tennis stagiaire

Mon Image    Mon Image

 

TOURNOI interne de doubles hommes et mixtes

avec la présence de Daniel GOULET Député-Maire du Mêle-Sur-Sarthe

Mon Image    Mon Image

Nous avions fait appel à Gaston ALEXANDRE puis à son fils Arnaud pour assurer les cours de tennis, et il y avait affluence car le tennis était en plein boom. Le problème, c'est que nous n'avions toujours pas de terrain extérieur et les adhérents devaient se contenter des leçons collectives. Par ailleurs le Gymnase du Collège était trop court donc interdit aux rencontres officielles et nous ne pouvions pas être autorisés à nous affilier à la FFT . Nous avons participé aux compétitions UFOLEP puis FSGT. Lorsque nous eûmes 100 adhérents (en 1973), la FFT se décida à nous accepter ....en sachant qu'il était question d'aménagements extérieurs. Mais ce n'est qu'en 1982 que les choses s'améliorèrent

En 1982, le Président du SIVOM nous propose de nous installer au Carré St Julien, rue de Paris, à l'emplacement de l'ancien terrain de foot-ball et il nous promet un court en "dur" (poreux). Nous lui demandons deux courts au lieu d'un car nous étions 150 adhérents. En outre, nous pensions que Le Mêle-s-Sarthe "station verte de vacances" se devait d'offrir aux touristes des installations à la hauteur de ses ambitions....Pour obtenir l'accord du SIVOM,nous nous engageons à construire nous-mêmes deux autre terrains en "terre battue", ce qui n'était pas rien !! Accord conclu et nous nous mettons au travail ...tout en commençant à utiliser les terrains en dur rapidement réalisés.

Enfin un court extérieur !!

 Mon Image

C'est maintenant que les problèmes commencent : alors que nous travaillons comme des forçats (plus de 300 tonnes  de matériaux ), en pleine chaleur , quelques riverains font circuler une pétition contre l'installation du tennis, d'autres nous empêchent de travailler en entravant la circulation afin de retarder les livraisons. Le tennis est indésirable au Carré St Julien !! C'est CLOCHEMERLE-S-SARTHE  et la situation devient ubuesque . Il faudra une énergique intervention du Député-Maire Daniel GOULET pour que nous puissions terminer notre travail .....bénévole, faut-il le rappeler. Les clichés suivants prouvent l'ampleur de la tâche. Il est dificile de citer tous ceux qui ont participé. Toutefois, on ne remerciera jamais assez l'entreprise LEROYER pour son énorme aide matérielle.

L'ancienne entrée du stade

 Mon Image    Mon Image

Mon Image    Mon Image

Le plaisir du travail accompli. Nous avons maintenant 4 terrains 

Mon Image  Mon Image 

Début des tournois fft officiels qui draineront bien des sportifs en Pays Mêlois.

Mon Image    Mon Image

Mon Image     Mon Image

Le Club compte donc 243 adhérents en 1985. Le SIVOM démarre la construction d'un Tennis couvert en "terre battue synthétique". Nous pourrons donc participer aux Championnats d'hiver quel que soit le temps.

 Mon Image    Mon Image

Mon Image    Mon Image

Mon Image    Mon Image

Une surprise nous attendait à la fin des travaux : on nous demandait de payer une "redevance" !! A notre connaissance, les autres sportifs du SIVOM ne finançaient pas les installations sur lesquelles ils évoluaient...Nous n'étions pas contre une participation, mais de là à verser des millions tous les ans . Il fallut pourtant se résoudre à payer, mais nous savions que nous ne pourrions pas tenir longtemps, car l'engouement pour le tennis risquait de diminuer. De 1985 à 1994, nous avions versé environ 90000 € au SIVOM, mais dans le même temps les adhérents étaient passés de 243 à 150. De plus, les élus locaux oubliaient vite que nous avions , au départ, construit et financé les deux terrains en "terre battue". Enfin, nous ne possédions rien, puisque le terrain ne nous appartenait pas. Tout était au SIVOM.